Archives pour la catégorie Uncategorized

Repose en paix Chadwick Boseman

Il y a de ses nouvelles que l’on refuse de digérer. Chadwick Boseman que le public connaît surtout pour son rôle de Black Panther (Marvel) est mort. La nouvelle a été annoncé par AFP à 4 : 07 ce matin.

« Chadwick Boseman meurt à 43 ans après 4 ans de lutte contre le cancer du côlon, a déclaré un représentant à AP. »

Étant moi-même malade, j’ai un syndrome de Sezary catégorisé comme un lymphome, je sais très bien ce que c’est de devoir cacher sa maladie aux yeux du monde. J’en parle un peu ici.

Quand j’ai abordé le sujet sur mon compte Twitter devant le malaise des gens j’ai préféré créer un autre compte pour parler juste de maladie. C’est à ce point que notre société ne veut pas parler de maladie au fait. Sur l’autre compte je suis suivi que par des malades et des amies proches.

Être malade, surtout avoir un cancer est une faiblesse qu’il faut cacher. Au début IRL également j’en parlais tout le temps mais face à la gêne des gens j’ai dû le cacher.

Et à Hollywood qui est une industrie tout dans le paraître cette règle de cacher ce qui nous ronge est puissance 1000. Vous avez remarqué les annonces de mort ou l’on apprend que notre star, réalisatrice préférée était malade depuis des années. Croyez-moi surtout depuis que je suis malade je le remarque tout le temps. C’est le risque de ne pas avoir de boulot qui les pousse au silence.

Comme le souligne Muruka sur Twitter :

Quelle société de merde quand même où on doit tout supporter en silence, cacher nos handicaps. S’il avait été ouvert au sujet de sa maladie, il n’aurait pas été en mesure de jouer ce rôle de Black Panther et cette vérité me brise le cœur. Chadwick Boseman a souffert en silence. Qu’il repose en paix

R.I.P 💖

Mon regard de femme noire sur le sacre de Zozibini Tunzi Miss Univers 2019

Je ne suis pas une grande fan des concours de beauté. Vivant dans une société eurocentrée, je les fuis à cause de ce fameux mot « beauté » qui me rappelle tout ce que je ne suis pas (selon les critères de la dite société).

Je vous arrête tout de suite ce n’est pas que je ne suis pas fière de mon identité. Mais en tant que femme noire aux cheveux courts et crépus, je sais que je suis en bas de l’échelle de la « beauté ».

Alors ce que j’en pense de la victoire de Zozibini Tunzi à Miss Univers c’est que : ça ne changera probablement pas ma vie mais qu’est ce que ça fait du bien !

année 2 après mon deuxième big chop

J’ai 30 ans, j’en suis à mon troisième big chop et pourtant j’ai encore beaucoup de mal à accepter à 100% mes coupes à la garçonne.

Parce que pour la société mon capital beauté semblait augmenter quand j’avais les cheveux longs et défrisés.

C’est un fait ; et surtout ne venez pas me parler de vos goûts perso, quand je vous parle d’expérience.

Ajoutons à ça que Mon 3ème big chop s’est fait à cause de ma maladie (syndrome de Sezary) et le fait que je perdais mes cheveux, on a là le cocktail gagnant pour que je sois remplie de complexes capillaires.

Moi à ce jour

En anglais il y’a un mot qui est utilisé pour décrire ce dont je vous parle

Texturism: The idea that certain types of natural hair patterns are more beautiful than others

Dans notre société cette idée que le cheveu court et crépu c’est moins beau a la dent dure. Donc oui j’exècre ce que représente les concours de beauté, mais je suis humaine et voir quelqu’un qui me ressemble être Miss Univers, je ne peux qu’être heureuse pour elle car je sais ce qu’elle a vécue toute sa vie.

Vous aimez mes écrits, vous pouvez me soutenir ici

Pour plus d’infos Pop Culture suivez-moi sur Instagram et Twitter : @miladytay

Miladytaystudio : entre afro futurisme et pop culture

Coucou, c’est moi Taïna : l’éditrice, la créatrice et narratrice de ce site et j’ai besoin de vous (encore).

Je parles de ma vie privé assez rarement ici (je pense que vous me connaissez maintenant à force) mais quand je le fais, je déballe tout alors c’est parti pour le grand déballage !

Il paraît que tout ce qu’il restera à la fin ce sont nos actions, j’ai donc longtemps réfléchi à ce que je pourrais faire pour laisser ma marque.

Comme vous le savez (ou peut-être pas) j’ai un syndrome de Sezary et le chemin de mon diagnostic à ma prise en charge a été longue et semé d’embûches. Pour vous la faire courte ça fait deux ans que je cherche comment gérer mon statut de malade à temps plein et une activité professionnelle. J’ai d’abord voulu lancer un café, mais je n’ai pas réussi à réunir la somme nécessaire à l’ouverture du lieu. Ensuite je me suis mis en Freelance dans mon domaine ; la communication mais la précarité de ce statut ne me convient pas surtout avec ma santé pardon.

Pour toutes ces raisons j’ai longtemps cherché une activité que je peux mener depuis chez moi, ou je peux exprimer ma créativité tout en ayant un revenu régulier.

J’ai toujours refuser de rentabiliser le blog. Pas de patréon, tipee pour moi, pour le moment en tout cas.

Cependant j’ai décidé de lancer *roulements de tambours* la première marque afro de bijoux et accessoires 3D made In France. Rien que ça

Miladytay studio est une toute nouvelle marque de bijoux fantaisies née de mon amour pour l’afro-futurisme et de ma passion pour la Pop Culture.

J’y ai mis tout mon âme, mes tripes et j’ai besoin de vous pour la faire connaître au plus grand nombre !

À l’approche de Noël n’hésitez pas à offrir une de mes pièces originales à vos proches ou/et en parler autour de vous.

N’hésitez pas à suivre la boutique sur Instagram

Pour acheter sur Vinted c’est ici

Pour acheter sur Etsy, ici

Merci beaucoup les ami.es de me soutenir 🖤

Super Megan

Megan thee Stallion est la meilleure chose qui pouvait arriver au monde du rap et à la pop culture. Sa capacité à fédérer autour d’elle plein de femmes du milieu et sa fan girl attitude font d’elle une personne vraiment spéciale.

En plus de son talent, sa capacité à tisser des liens avec les autres femmes de sa catégorie (Lizzo, SZA, Nicki Minnaj) nous en dit long sur sa personnalité.

Voir les femmes noires exceller, être aimée, heureuses et avoir du succès peut-être irritant pour beaucoup de gens. Rien que le fait de s’assumer en étant bien dans sa peau dérange les mysoginoirs. Mais le bonheur des jeunes femmes noires qui voient en elle un role model suffit à me rendre le sourire.

https://www.instagram.com/p/B04pW_JhYK9/?igshid=c6q4liovyspu

Lizzo & Megan Thee Stallion

Un vent de fraîcheur texan on vous dit ! Droite dans ses bottes et sans chichi, elle refuse de prendre part aux polémiques futiles que tout le monde cherche à créer entre elle et Minnaj par exemple.

Son truc c’est l’empowerment de la femme noire ; elle veut juste qu’on profite de sa musique en ayant un hot girl summer et nous avions clairement besoin de ce genre d’énergie !

Son authenticité me parle tellement. De la même manière que le succès d’Aya Nakamura m’avait touchée. Une brown skin girl de la nouvelle génération qui dit non à la politique de respectabilité et donne de l’amour à ses consœurs, c’est tellement émouvant 💕

Aya Nakamura et la marginalisation des femmes noires dans la Pop Culture FR

Le top charts en France ces dernières années ? Julien Doré , Jul, Booba, Maître Gims, Vitaa, Christine & The Queens. Il y en a pour tous les goûts à vrai dire. Mais une femme noire qui bat un record d’Edith Piaf et donc qui s’impose comme chanteuse populaire en France ; il n’y en a qu’une seule.

AYA NAKAMURA.

Bien que ces faits soient irréfutables, une fois que vous en êtes informé, vous réalisez à quel point le succès d’Aya Nakamura est encore plus remarquable. On n’a pas souvent l’habitude de femme noire en boucle à la radio Fr sauf quand le succès vient d’ailleurs. Beyoncé et Rihanna oui, promouvoir les jeunes chanteuses françaises la il n’y a plus grand monde. Je dis pas souvent car loin de moi l’idée d’effacer le travail de chanteuses noires en France : d’Inna Modja en passant par Imany qui ont eu quelques hits au top charts.

Mais le succès d’Aya Nakamura arrive dans un contexte différent où l’on sait mettre un mot (misogynoir) sur le backlash dont elle est victime sur Internet, les commentaires sur son physique et sa couleur de peau.

À chaque jour son message déshumanisant car Aya Nakamura casse les codes de la chanteuse noire française preformaté en ne correspondant pas à leurs critères.

À croire que son succès dérange.

Aya Nakamura est devenue une icône pour plusieurs petites filles et jeunes femmes noires et peut-être de façon assumée ?

Le clip Copines par exemple, ou les plus bonnes de ces copiiiiiines sont tous des femmes noires : Hashtag representation matters.En espérant que le succès d’Aya Nakamura permettra à des petites filles noires en France en quête de représentations d’avoir le courage de vivre leurs rêves et d’y croire !

3 questions à Tonjé Bakang co-fondateur d’AFROSTREAM

AfroStream : vous avez probablement déjà entendu parler du service de streaming proposant que des contenus afros. Une première en France. Si les notions de « Black Business » ont une signification aux USA, en Europe ce n’est non seulement pas à l’ordre du jour mais il y a toujours une certaine honte à cibler une communauté ; sa propre communauté sous peine du couperet communautarisme ou encore de se faire (mal)traiter dans les médias.

On se souvient encore de cette titraille de Stylist qui pour parler de la start-up écrit « l’ère de la télé ghetto ». C’est l’une des premières questions que je poserai d’ailleurs à l’homme d’affaires Tonjé Bakang co-fondateur d’AFROSTREAM qui ne souhaitera pas s’étaler sur ce qu’il appelle un non sujet.

Pour vous, voici la réponse à 3 questions que vous vous êtes probablement posés sur AFROSTREAM.

Comment vous avez eu l’idée d’AfroStream ?

L’idée était très simple, elle est née d’un besoin qui a été identifié. En France c’est très difficile d’avoir accès à des contenus nous ressemblant. Il y’avait quelques séries tel le Prince de Bel Air et quelques grands films américains mais au-delà de ça, c’est à travers mes voyages à l’étranger que j’ai pu découvrir le cinéma et les séries africaines, le cinéma afro-brésilien et toute la richesse du contenu afro américain, car le problème c’est que les médias traditionnels européens n’achetaient pas ces contenus pour les diffuser.

Pourquoi les investisseurs californiens font preuve de plus d’intérêt pour ce projet que les investisseurs français ?

Je pense qu’en France et c’est la raison pour laquelle ce type de contenus, films et séries n’ont pas été diffusés, c’est que les personnes qui ont les moyens d’investir ou de diffusion n’ont pas l’expertise nécessaire pour entendre ou décrypter la demande du public. Tant qu’il n’y aura pas des investisseurs avec des profils différents ou des diffuseurs qui auront des histoires différentes à raconter il sera difficile de faire émerger des projets atypiques et innovants. En Californie, et particulièrement à la Silicon Valley au cœur du monde des startups, on a une ouverture d’esprit plus grande que celle qu’on a pu rencontrer en France et aussi une créativité. Les investisseurs prennent des risques. Je ne pense pas qu’en France on soit capable de créer un Facebook. Pas qu’il manque des talents, mais l’écosystème n’incites pas à se lancer dans de telles aventures.

C’est quoi la suite pour AfroStream ?

On lance un service le 1er Septembre de vidéos à la demande par abonnement. On se concentre actuellement sur le lancement de cette plateforme, ce qui demande beaucoup de temps et d’énergie.

Si vous êtes jeunes, talentueux et que cette entreprise vous fait rêver n’hésitez pas à envoyer vos CV aux dirigeants de la start-up, Tonjé Bakang se dit prêt à étudier les candidatures 🙂

Beauté(s) noire(s) – 3 : à l’épreuve d’une sororité

Mrs. Roots

A Dictatindignés

Part 1: La femme noire et le white gaze

Part 2 : La misogynoir »

3. La sororité noire, une maltraitance parfois indicible

[SPOILERS SUR HALF OF THE SUN]

still-of-thandie-newton-in-half-of-a-yellow-sun-(2013)

Face à la déformation (hypersexualisée, entre autres) de son identité et la division intracommunautaire due à la misogynoire, le seul espace qui subsisterait, en toute logique, serait le groupe des femmes noires, dans leur diversité et la construction de leurs propres codes pour appréhender l’esthétique des femmes noires; mais les répercussions du racisme sont telles, qu’il demeure une scission entre elles; une rivalité intracommunautaire dite à demi-mots, et qui repose sur le colorisme.

Cette complexité, Chimamanda Adichie Ngozi la saisit dans son roman « Half of the Sun« , adapté au cinéma l’an dernier. Les entraves de la sororité font l’objet du roman, entre autres thématiques : en effet, à Lagos (Nigéria) Kainene et Olanna sont jumelles; dure à…

Voir l’article original 680 mots de plus

Le nerf de la guerre ou la guerre des nerfs: la politique de financement du CNC

C’est assez étonnant qu’après on vienne nous dire : vous avez qu’à produire vos propres (films, expositions, documentaires) si vous voulez être écouté ! Sauf que nous avons derrière aucune aide de l’institution qui préfère supporter un artiste blanc, comme Brett Bailey sur les thématiques comme le racisme et oui on en revient encore ! On le martèlera jusqu’à ce qu’on nous écoute ! Alors oui au bout d’un moment face aux refus, je vois le mal partout
Je vous laisse lire le billet d’Amandine Gay sur la politique de financement du CNC (Centre national du cinéma)

badassafrofem

Cette histoire commence il y a environ deux ans quand je travaillais sur un scénario de programme court avec mon Angelica et 3 autres comédiennes. Il s’agissait d’une série humoristique, plus précisément une satire des magazines féminins mettant en scène 5 femmes qui se confrontaient aux injonctions des dits magazines. Il y était question de pilule, de harcèlement de rue, de carrière, de sexe etc. L’idée était de faire un programme qui passe le « Bechdel Test », à savoir un film/série où le personnage principal est une femme qui a une conversation seule avec une autre femme et cette conversation n’a pas trait aux hommes. (cf photo) Ce fut le début de ma confrontation avec l’institution audiovisuelle BLANCHE et souvent MASCULINE française. Je vous passe un rdv mythique où un producteur m’explique que le personnage de la lesbienne noire et sommelière n’est vraiment pas réaliste. Alors qu’évidemment, n’ayant qu’une imagination très…

Voir l’article original 911 mots de plus

Beautés noires : La femme noire et le white gaze

Mrs. Roots

[Trigger Warning/Avertissement : agressions sexuelles, violence, spoile]

Si vous suivez How to get away with a murderer, vous n’avez pas manqué la scène marquante où l’héroïne se démaquille et se dévêtit de tous ces apparâts pour se révéler à elle-même dans son miroir. Cette scène a énormément tourné sur les réseaux sociaux entre les femmes noires. Mais pourquoi ? En quoi la mise à nu d’une femme noire devant son miroir, ôtant sa perruque, est-ce significatif ?

La beauté noire a toujours été synonyme d’une laideur imposée, à l’opposée des modèles de beauté blancs véhiculés en Occident. Cette condamnation d’une beauté noire qui serait forcément laide, autre, est bien sûr l’une des productions d’un système raciste, notamment dans la représentation coloriste des diasporas noires : une femme métisse sera toujours plus mise en avant, plus acceptable selon les critères de beauté en vigueur, qu’une femme noire à la peau foncée…

Voir l’article original 1 492 mots de plus

Être noir-e ou le sommet de la Grande Pyramide raciste

Récemment se sont posés à moi des questions philosophiques ok plutôt personnelles : « Souag Vaudou veux-tu passer toute ta vie en France  ? » Cette question, je ne me la posais pas avant, à vrai dire cela peut se comprendre ça ne fait que sept ans que je vis en France. Mais voilà tout n’étant pas non plus rose ailleurs les choix de nouvelles destinations rêvées ou vivre (mouhaha la blague) quand on est une femme noir-e est limité. Voir très limité.

En cause : le racisme, plus précisément la négrophobie présente sur des formes plus ou moins violentes sur à peu près tout le globe.
Mettons tout de mon point de vue personnelle et rayons déjà les USA. Même si en France beaucoup pense que le modèle recherché pour toutes les afros descendantes en France ce sont les States (bah quoi on est tous pareil), ce n’est pas mon cas. Je ne savais même pas encore ce que signifiait le mot impérialisme que je sentais que ce n’était pas pour moi. Par ailleurs l’afro féminisme n’ empêche en rien une vision centrée de la cause : MsDreydful en parle en anglais ici de cette incapacité qu’on les afros américains de ne pas se prendre pour le centre du monde un peu. Pourtant la communauté noire aux USA a donné une impulsion aux questions de l’identité noire et permis de me retrouver par exemple à travers l’intersectionnalité. Je salue aussi le fait qu’il y’ai des statistiques ethniques qui au moins permettent de moins se voiler la face sur les écarts qui existent au sein de leur société. Mais tout cela n’a pas éradiqué le racisme (la phrase naïve tavu) et n’est pour moi que de la poudre aux yeux. CEPENDANT ces statistiques ont le mérite de montrer que la pauvreté elle ne vient pas de nulle part. Que toutes les couches de la population ne sont pas touchés pareils.

Comparaison par race entre la population totale des Etats-Unis et la population vivant dans la pauvreté (15,1% de la population totale). © Titouan Lemoine / Infogr.am
Comparaison par race entre la population totale des Etats-Unis et la population vivant dans la pauvreté (15,1% de la population totale). © Titouan Lemoine / Infogr.am

Pour moi, je ne me fais aucune illusion, qu’importe où j’irai le racisme me collera à la peau. La négrophobie dénoncée par des étudiants au Maroc ou encore cette lettre écrite par une étudiante malienne aux tunisiens pour dénoncer le racisme ? T’inquiètes pas si t’es passé à côté de ces histoires, c’est normal tu as le privilège de pouvoir le faire.
Tu t’es pas rendu compte non plus que des étudiants africains se font tabasser par une foule dans le métro indien, c’est normal tu as encore ton petit privilège conforcolor (je viens de l’inventer et ça veut rien dire :,) ).
Tu ne t’es pas rendu compte non plus qu’au Brésil pays à majorité noire une version raciste de Sex and The City se nommant littéralement le sexe et les négresses (sans rire) continue de véhiculer des stéréotypes racistes et est décrié par les blogueuses noires brésiliennes. Encore une fois bienvenue en Noirie.

Être noir-e ou comment même au sein des minorités, on se traine encore des inégalités. Arte sur son premier volet de documentaires sur le capitalisme essayait tant bien que mal de m’expliquer que le racisme est la cause directe uniquement de l’esclavage qui est lui-même la cause d’entrepreneurs privés. C’est ballot du coup le racisme c’est la faute à personne et puis tu vois d’abord ce n’est pas qu’en France.

Parce que oui je vois déjà ceux qui se disent : « Tu vois il y a pire que la France ». On doit faire quoi alors vu qu’il y a pire ? Attendre que ceux qui parlent passent à l’acte ? Ne pas dénoncer ?
Dans un pays qui se targue tout le temps d’être THE pays des droits de lhoooomme c’est quand même hallucinant qu’on se base encore sur ce qui se passe à Ferguson pour discuter du racisme dans le monde sans oser regarder chez nous.

En France on a :

– Un entraineur d’une équipe de foot qui te sort cette phrase

L’avantage du joueur typique africain, c’est un joueur pas cher quand on le prend, prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain, a déclaré Sagnol en toute franchise. Mais le foot ce n’est pas que ça. Le foot c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. Il faut de tout. Des Nordiques aussi, c’est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité.

Et tous les médias qui parlent d’un dérapage. Entendons-nous bien le foot sport préféré parait-il des Français et le sélectionneur a « juste dit » que les africains sont pas intelligents. Si, si c’est ce qu’il a dit.

– Un journal d’extrême droite qui titre Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane », les signes, les noirs, la banane tout ça. 2014, France.

– Les mots dérapage/polémique utilisés à tort et travers pour masquer tous les propos racistes de la Terre, non enfin de la France quand c’est ailleurs alors là oui, on avoue c’est du racisme. « OUHLALA LES INSULTES RACISTES EN ANGLETERRE CEST PAS BIEN »

La preuve ici deux tweets du même Journal sur le traitement de l’information quand cela touche la France.

 

Alors encore une fois on doit attendre que ces gens passent à l’acte ? En 2014 on a des patrouilles de Bloc Identitaire dans les métros à la barbe de tous.  Le pays des droits de lhooooommmme va sûrement me protéger, ils protègent déjà tellement la seule ministre noire de France qui se reçoit des pelures de bananes sur la gueule.

Attendons, de toute façon partir pour aller ou ? être noir-e ne m’a jamais fait me sentir en sécurité même aux Antilles.

PS : On prend en compte en lisant ce billet que pouvoir partir reste aussi un privilège.