Archives du mot-clé misogynoir

Profil type en misogynoirie

Peu importe le sujet quand il s’agit de mépriser et afficher sa haine de la femme noire il y’a du monde mais en vrai ce sont toujours les mêmes profils qui se dessinent.

Quand on parle de misogynoir en France en tout cas on en distingue trois types. Ici je vais vous les présenter exemple à l’appui en analysant leurs interactions avec LA femme noire qui les dérange tous les trois pour ce qu’elle symbolise : Aya Nakamura.

Le Misogyne Noir

Cet homme noir français qui fait partie de la team « tout est noir sauf nos meufs » a une sacré habitude : celui de dénigrer les femmes noires régulièrement sur Twitter pour amuser la galerie.

En semaine 1 leur cible c’est Aya Nakamura. Comme en semaine 2 et 3,4 vous me direz si vous traînez sur le net. Car la chanteuse de tous les records ne trouve jamais grâce à leurs yeux. En cause : sa beauté et sa féminité souvent remise en cause. C’est d’ailleurs à cela qu’on reconnaît le nec plus ultra du misogyne Noir. Il a tendance à être adepte de la comparaison de la femme noire à un mec. Car voyez-vous sa haine de soi est tellement forte qu’il en oublie être lui-même le fils d’une femme noire.

Le Négrophobe notoire

La deuxième place en misogynoirie revient au négrophobe notoire. Sa haine du Noir trouve racine dans ses préjugés racistes. Souvent racisé lui-même, vous le verrez cette semaine afficher Uyghur lives matter plutôt que Black lives matter car faut pas déconner😡.

Et Free Palestine pendant qu’on y est. Car bon… le négrophobe veut bien parler d’injustice tant que ça ne concerne pas les Noirs.

Le tabou entourant le fait qu’on ne veuille pas questionner la négrophobie rampante dans les autres communautés racisés l’aide à prospérer dans le plus grand des calmes. Il passe son temps à critiquer Aya sur son physique , sur son maquillage , ses wigs. Si la chanteuse le dérange pour ce qu’elle représente en tant que femme noire prospère, ce spécimen déteste toutes les femmes noires de façon obsessionnelle.

La négrophile random

Ne vous fiez pas à sa place de petite dernière ! Souvent à la recherche de l’approbation de l’homme noir dénigrer la femme noire c’est son passe temps favori, la misogyne intériorisée qu’est la négrophile random est une femme blanche souvent (mais pas que) cherchant à se faire mousser tout en prouvant sa supériorité sur la femme noire. Pas de sororité qui tienne pour cette négrophile random 😩

Meme inconnu

Fétichiste de la bite noire, elle n’aime pas Aya Nakamura puisqu’elle voit toute femme noire comme une rivale à éradiquer.

Voilà maintenant quand vous les verrez passer humiliant fièrement Aya Nakamura souvenez-vous de ce qu’elle représente pour elleux, une femme noire avant tout.

Vous aimez mes écrits, vous pouvez me soutenir ici

Pour plus d’infos Pop Culture suivez-moi sur Instagram et Twitter : @miladytay

Riverdale, 13 Reasons Why : Quand la misogynoir est au cœur des fandoms de séries teens US

Cette semaine on a eu droit à la sortie d’une troisième saison pas nécessaire sur Netflix de 13 Reasons Why ; l’une de leurs séries phares pour ados. L’actrice Grace Saif, qui joue une certaine Ani dans la série a supprimé tous ses réseaux sociaux. La raison ? Des fans ont essayé de l’intimider en écrivant des commentaires sur Internet car iels sont racistes, iels n’aiment pas son personnage.

L’actrice Grace Saïf

Le but de la série est de sensibiliser sur le harcèlement, on pourrait donc penser que les fans y réfléchiraient à deux fois. Et ben non ! Avouez que c’est quand même le comble pour une série censée lutter contre le harcèlement (lol) mais ça ne nous surprend plus l’harcèlement quotidien d’actrices noires.

Sur Twitter l’actrice de Riverdale (encore un teen show Netflix décidément) Ashleigh Murray a confié avoir elle aussi été victime d’insultes à caractère raciste.

Des gens m’ont traitée de singe, de trash, dit que j’étais une ratée, une noire sans classe, et m’ont dit de sauter dans un four parce que… Josie a embrassé Archie » écrit-elle

Le problème avec cette misogynoir qui s’étale sur les réseaux, c’est qu’elles ne sont pas vu comme des actrices mais plutôt des objets d’une haine qui font que toutes les raisons sont bonnes pour les renvoyer à des comparaisons douteuses et racistes.

On a pu le voir à maintes reprises dans la Pop Culture que ce soit avec des jeunes chanteuses comme Normani ou des actrices noires, en particulier à l’ère des réseaux sociaux. Pour ne citer qu’elles : la façon dont les fans ont traité Candice Patton (Flash), Anna Diop (Titans), Grace Saif (13 Reasons Why) et Ashleigh Murray (Riverdale) nous prouvent que peu importe le talent, le jeu d’acteur, c’est bien le racisme qui est à la base de leur harcèlement en ligne.

N’hésitez pas à me suivre sur Instagram et Twitter : @miladytay

Aya Nakamura et la marginalisation des femmes noires dans la Pop Culture FR

Le top charts en France ces dernières années ? Julien Doré , Jul, Booba, Maître Gims, Vitaa, Christine & The Queens. Il y en a pour tous les goûts à vrai dire. Mais une femme noire qui bat un record d’Edith Piaf et donc qui s’impose comme chanteuse populaire en France ; il n’y en a qu’une seule.

AYA NAKAMURA.

Bien que ces faits soient irréfutables, une fois que vous en êtes informé, vous réalisez à quel point le succès d’Aya Nakamura est encore plus remarquable. On n’a pas souvent l’habitude de femme noire en boucle à la radio Fr sauf quand le succès vient d’ailleurs. Beyoncé et Rihanna oui, promouvoir les jeunes chanteuses françaises la il n’y a plus grand monde. Je dis pas souvent car loin de moi l’idée d’effacer le travail de chanteuses noires en France : d’Inna Modja en passant par Imany qui ont eu quelques hits au top charts.

Mais le succès d’Aya Nakamura arrive dans un contexte différent où l’on sait mettre un mot (misogynoir) sur le backlash dont elle est victime sur Internet, les commentaires sur son physique et sa couleur de peau.

À chaque jour son message déshumanisant car Aya Nakamura casse les codes de la chanteuse noire française preformaté en ne correspondant pas à leurs critères.

À croire que son succès dérange.

Aya Nakamura est devenue une icône pour plusieurs petites filles et jeunes femmes noires et peut-être de façon assumée ?

Le clip Copines par exemple, ou les plus bonnes de ces copiiiiiines sont tous des femmes noires : Hashtag representation matters.En espérant que le succès d’Aya Nakamura permettra à des petites filles noires en France en quête de représentations d’avoir le courage de vivre leurs rêves et d’y croire !