Archives du mot-clé Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu

#FrenchCinemaIsSoWhite

#FrenchCinemaIsSoWhite

Il semblerait que pour Vanity Fair le renouvellement du cinéma français soit un parterre de jeunes filles blanches en basket.

Elles sont bien mises en avant les paires de baskets, on peut clairement pas les rater. Iels ont dû se dire en choisissant cette couv : « si ça ce n’est pas être jeune cool et branché on ne sait plus ce que c’est ! »

Dans ce nouveau numéro de Vanity Fair on peut donc voir l’avenir du cinéma français (selon leur point de vue) et on a qu’une seule question ?

Le fait que le magazine n’ai même pas fait l’effort de chercher quelques actrices françaises noires et asiatiques (l’année même du succès fulgurant de Crazy rich Asians) nous dit tout ce qu’on a à savoir sur la nouvelle vague.

Ce n’est pas une surprise que le cinéma français soit toujours un milieu blanc et sa relève aussi. Rien d’étonnant quand on sait que lors de l’épisode #Oscarsowhite Julie Delpy avait déclaré en interview qu’Hollywood c’était pire pour les femmes. Et de rajouter qu’elle aurai préféré être afro-américain. Rien d’étonnant quand on prend conscience d’une culture anti représentations bien ancrée chez les cinéastes français. Après tout, on voit régulièrement ce que donne le refus systématique d’aborder le sujet des représentations en France. Il y’a un mépris assumé qui pousse à parler de racisé.es sous une seule forme : des comédies infantilisantes et paternalistes comme Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu. On ne peut donc même pas s’étonner que la couv ressemble à ça, Vanity Fair a raison, elles sont bien les révélations du cinéma français.

A Noël, tonton Martin le raciste a bon dos

Tous les ans à Noël le même cauchemar qui revient, des gens qui n’ont jamais été victimes de racisme de leur vie veulent faire croire que leur tonton raciste ne l’est pas tant que ça au fond, et surtout se paient le luxe de se plaindre à tout va de combien tonton Martin est raciste. Vous remarquerez d’ailleurs que c’est la seule période ou ces gens acceptent de parler de racisme tout court, parce que c’est pas bien méchant, et puis Tonton Martin, il a bon fond. On l’aime bien quand même (ou pas), ses blagues relous ne font de mal à personne après tout.

Et puis vous comprenez, je ne cautionne pas du tout ce que dis Tonton Martin.

Votre fable de Tonton Martin #quiabonfondmaisquesquilestraciste dit beaucoup plus sur la société Française que vous ne le pensez. Ça et le succès du film Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?  (1er au box office français en 2014). Vous savez ce film raciste qui décomplexe totalement le problème du racisme en ramenant tout cela à une histoire d’individus qui sont sympas après tout.

Et puis l’idée est la même, en France il n’y a pas de racisme institutionnel, même si le tonton raciste est au final le conseiller municipal de votre petit patelin près de Caen ou il fait voir de toutes les couleurs aux seuls noirs de la zone. Ce n’est pas grave. Mais nous (non blancs de France) on doit vous supporter soupirer, et vous aider à trouver des feintes pour vous débarrasser une fois par an de Tonton Martin :

Ahlala Tonton Martin est tellement raciste *rires* comment je vais m’en sortir pour pas entendre ses jérémiades. Dès qu’il a un coup dans le nez, on ne peut rien y faire.

Car votre seul rapport au racisme reste comment s’en sortir sans froisser Tonton Martin pendant les fêtes. Le lendemain vous retournerez dans le vrai monde *sans racisme oink oink*. Vous direz à votre collègue noir Jean, qui est le seul à ne pas avoir eu de promotion dans la boîte malgré ces dix ans de bons et loyaux services et commence à se poser la question si quand même, le chef serai pas un peu raciste ?

Vous direz  donc à Jean :

Tu vois le mal partout, on ne voit pas les couleurs, c’est raciste de dire ça.